Vive la pluie !

La pluie résonne sur ma toiture en calcaire, plus il pleut, plus je suis content. J’aime la nature quand l’humidité la rend lisse, je fonce et je dévore… pas la route, mais les jeunes pousses vertes et tendres.

C’est une bonne année pour moi, je vais pouvoir pondre au moins trois fois avant le 14 juillet. Après cette date, si vous m’aimez, vous pourrez me cuisiner, je ne dirai rien. J’avance sur un pied musclé qui me propulse à toute vitesse. J’ai des yeux escamotables pourvus de détecteurs olfactifs haute sensibilité, mais je dois vous avouer que je suis myope (je ne vois qu’à un millimètre). J’ai des tentacules comme ma cousine lointaine la pieuvre, un animal très intelligent paraît-il.

Les enfants m’adorent et nous faisons des courses ensemble. Les parents m’aiment moins, j’ai tendance à faire des trous et même, quand je suis en forme, je peux faire disparaître des choses. Dès l’instant où je suis à table, c’est parti pour un festin absolument pantagruélique. Mais par temps sec, je peux passer des semaines à jeûner, n’avalant pas une miette. Je peux perdre plus de 50 % de mon poids, je me déshydrate. Imaginez-vous perdre la moitié de votre poids s’il se mettait à faire trop chaud ?

Mais heureusement, cette année est humide et je me rattrape, il y a des plantes (hosta, salades…) qui m’attirent comme un aimant grâce à leur odeur et à mon radar. Savez-vous que j’ai une bouche équipée d’une «râpe à fromage» avec plusieurs centaines de dents qui tombent souvent (chaque petite dent ne dépasse pas 35 jours d’existence) ?
Mais de nouvelles dents sont continuellement en fabrication. D’autres plantes, comme les graminées, ne sont pas faites pour moi. Je les laisse aux ruminants. Je préfère manger la nuit ou quand le ciel est gris, c’est ma principale distraction de petit gris.

Laurent Ravineau – La Grenouille n°16 – Juillet 2012