Le parc forestier du château de Cheverny

En ce dimanche de printemps, 23 mai 2010, «Histoire et Découverte entre Bruyère et Roseaux (HBDR)» et «Oxygène» ont guidé un petit groupe de personnes à travers le parc forestier du château de Cheverny. 

Les cyprès chauves se développent
dans le lit du Courpin
Curieux d’un peu d’histoire sur ce parc, voici quelques mots qui résument sa création : le marquis de Vibraye fit planter des arbres indigènes en 1850, c’est à dire appartenant à l’Europe et d’autres originaires d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Nord. Sur 120 espèces introduites, 20 à 25 ont acquis des droits de naturalisation par la fécondité de leur semence. Il ne reste que quelques uns de ces arbres qui ont maintenant plus de 150 ans. 

Le rêve du marquis n’a pas été poursuivi par ses héritiers. Des hectares de pins ont été plantés à la place des futures semis exotiques qui n’étaient pas assez rentables. 
L'allée des cèdres
Mais il nous reste de très beaux cyprès chauves dont quelques spécimens poussent dans l’eau du Courpin. Bordée d’aulnes, cette rivière traverse le parc et se termine dans le Conon. La promenade se poursuit sous les séquoias de Californie et les thuyas géants de la même région. Quelques chênes verts nous emmènent jusqu’à la plus célèbre allée d’Europe de cèdres du Liban avec sa courbe qui la rend plus majestueuse.


La Grenouille - La Grenouille n°8 - Juillet 2010