De quel bois nous chauffons-nous ?


L’hiver, qu’il soit doux ou rigoureux, nous pousse près de la chaleur du foyer. Beaucoup d’entre nous utilisent le bois régulièrement ou occasionnellement. En quelques mots, vous allez comprendre comment vivait la bûche qui vous réchauffe.
Le rôle du tronc de l’arbre et sa vie :

Le tronc est le support du végétal qui grossit au fil des ans. L’ossature d’un arbre est en grande partie inerte. C’est le coeur de l’arbre qui constitue, jusqu’à l’extrémité des branches, l’armature de soutien. C’est lui qui maintient l’arbre debout jusqu’à un âge avancé. Toute la vie active du tronc est concentrée dans une mince couche de cellules entourant le bois de coeur qu’on appelle «l’aubier» et qui se trouve juste en dessous de l’enveloppe protectrice de l’écorce. Les cercles concentriques que l’on distingue à chaque coupe de bûches sont composées de « cambium ». Celui-ci est formé de cellules qui chaque année forment une couche sur le coeur du bois. C’est au niveau du « cambium » que l’on pratique les greffes quand on désire modifier la nature. La soudure et le contact de deux essences différentes passant par cette couche de cellules. Avec le « cambium » se forme un anneau de cellules «le liber». Encore un nom, mais il est indispensable car c’est par ces cellules que circulent la sève, ou plutôt les sèves, celles qui montent et qui descendent, qui sont chargées d’éléments nutritifs, qui font grossir l’arbre grâce au phénomène de la photosynthèse (cf n°6 de La Grenouille).

Le « cambium » et le « liber » sont liés. Si l’on détruit la gaine sur toute la circonférence du tronc, l’arbre meurt. L’écorce n’est que protectrice, étanche et imperméable à l’air. Vous savez sûrement que l’écorce s’use dans sa partie externe (par le climat, les insectes, les frottements…), mais elle se renouvelle par une partie interne grâce à une autre couche cellulaire (subéro-phellodermique). Et tout cela respire par des pores appelés « lenticelles ». 

Pourquoi les cercles de votre bûche ont des anneaux qui déclinent en couleur ? Cela correspond aux saisons. Au printemps la croissance est rapide, c’est la partie claire. En été la croissance est lente, c’est la partie plus foncée, plus dure.

Ainsi avant de bruler une bûche, en quelques instants vous pouvez lire ses cercles d’accroissement et définir l’âge de l’arbre.

Laurent Ravineau - La Grenouille n° 18 - Janvier 2013