Le carbone, notre couche d'ozone, une petite explication rapide...

Si vous avez des arbres, vous possédez un capital carbone, car vous dépolluez l’air qui contient du gaz carbonique (Co2) et vous nous permettez de respirer grâce à l’oxygène que le feuillage rejette. 
Les communes de Cheverny et Cour-Cheverny
sont bien pourvues en forêts !
Ce carbone de l’air est la principale nourriture de l’arbre ; il est transformé grâce à la photosynthèse et aux sèves qui circulent sous son écorce (dans l’aubier). Les feuilles sont les organes de respiration et d’alimentation de tous les végétaux (ligneux comme herbacés). Quand une jeune feuille sort de son bourgeon, elle dépend de la sève montant dans les racines vers le tronc qui la nourrit et la transforme. 

Ensuite cette feuille va alimenter l’arbre grâce à l’action du soleil. La chlorophylle (pigment généralement vert) de la feuille transforme le gaz carbonique de l’air et l’hydrogène de l’eau en bois (glucide, hydrate de carbone) et dégage de l’oxygène. L’arbre respire et dégage une grande quantité d’eau sous forme de vapeur qui contribue à une fraîcheur et humidité appréciables. 

Plus les surfaces seront importantes plus le gaz carbonique sera consommé, mais cela ne peut suffire face à l’industrialisation qui rejette trop de pollution vers notre couche d’ozone qui s’affaiblit. L’usine végétale vit au ralenti quand le soleil se repose en hiver mais quand le printemps revient la lumière nous fait rêver de nouveau à de longues et douces journées. 

Saviez vous que la mer est le plus gros producteur d’oxygène grâce à ses plantes sous-marines ? Notre Conon est lui aussi bien chargé en plantes aquatiques. Saviez-vous que le trou d’ozone réside à présent en quasi permanence au dessus de l’Antarctique (causé par les chlorofluocarbones) ?

Laurent Ravineau - La Grenouille n°6 - Janvier 2010