Langue de bois

La Grenouille”, toujours curieuse, est allée interwiever quelques-uns des vieux chênes remarquables du bois des Ogonnières, ceux qu’on appelle Les Trognes(1). 

Une trogne de 5,10 m
de tour de taille !!!
Écoutons-les... : “Nous sommes bi ou tricentenaires (parfois plus), au bord d’une mare ou d’une allée. Les vieux chênes encore debout revoient leur passé où tous les ans, suivant les rigueurs des saisons, l’homme coupait ses nouvelles branches à deux ou trois mètres du sol. Ces branches feuillues servaient l’été comme fourrage pour les animaux des petites fermes. L’hiver, celles qui étaient épargnées l’été, servaient de fagots pour le feu. Il faut imaginer (pour ceux qui viendront nous voir) que la forêt n’existait pas autour de nous. La régression de la forêt originelle, suite à l’augmentation démographique, est la raison de vie des trognes. Grâce à ces coupes aériennes, l’homme maîtrisait l’appétit des herbivores domestiques ou sauvages. Les trognes disparaissent doucement par manque d’entretien, absorbées par la puissance de la forêt qui les entoure. Ce patrimoine végétal où les fermes en bois, les cochons dans la boue et les petites cultures vivaient autour de ses racines, s’oublie doucement !”.

La Durandière
(1) Les Trognes se trouvent dans le bois des Ogonnières, sur la commune de Cour-Cheverny. Pour vous y rendre, le mieux est de prendre l'ancien chemin vc 114 de Cour-Cheverny à Fontaines-en-Sologne (par le carrefour de la Croix aux Morts et les Chatains...) puis après les Chatains, tout droit pendant environ 1,5 km. jusqu'au croisement avec le chemin des boeufs (GR de châteaux en châteaux en L & C). À ce carrefour, (La Durandière), prenez à gauche : les trognes sont visibles du bord du chemin à 50 m environ sur votre droite.

Laurent Ravineau - La Grenouille N°7 - Avril 2010