Le chêne des Dames

Un lieu de rendez-vous, un carrefour connu de tous les Courchois et Chevernois. 

Les ballades familiales, l’équipage de vénerie du château de Cheverny s’y retrouvent depuis des décennies pour des plaisirs différents mais si proches de la nature. 

Le Chêne des Dames, lieu de promenade où ces dames en robe longue venaient prendre le frais sous les arbres, sur des bancs aujourd’hui disparus. Le rendez-vous des calèches où l’on pouvait discuter loin des regards. 

Carrefour du Chêne des Dames
Mais aussi un rendez-vous très en vue dans les années 1920. Ici les belles élégantes et les voitures de luxe se retrouvaient lors de l’ouverture de la chasse à courre… 

Le vieux chêne, devenu dangereux par son âge avancé, a été abattu au début des années 1900. Un cèdre l’a remplacé, mais ses racines n’ont pas supporté le passage fréquent des voitures et il n’a vécu que 80 ans. 

Lui-même a été tronçonné il y a quelques années. Avec une espérance de vie de 500 à 1000 ans, le chêne est le symbole de la solidité et de la puissance et de la pérennité. Autrefois les glands étaient une nourriture importante pour les porcs et aussi un succédané de café. De l’écorce on extrait du tan (tanin) pour le tannage des peaux. 

Chênes sessiles ou pédonculés (1) sont des arbres majestueux. Le bois noble du chêne est utilisé pour les grandes charpentes des cathédrales, des châteaux et des navires, mais aussi pour les tonneaux, donnant des notes boisées de nos vins. 
41 % de la surface forestière en France est recouverte de chênes. 
Le chêne sessile supporte mieux les fortes chaleurs que son proche le chêne pédonculé. 

À l’automne prochain, les enfants et leurs parents pourraient se rencontrer au carrefour du « Chêne des Dames » et, tous ensemble nous pourrions planter un jeune chêne qui continuera l’histoire...

Laurent Ravineau – La Grenouille n°14 – Janvier 2012

(1) : des explications ici